Anniversaire Cro-Magnon

Je n’ai pas encore testé toutes les activités de cet anniversaire, d’où le manque affreux de photos… et de précisions. Par contre, ce que je sais, c’est que certaines sont salissantes, protégez votre salon ou installez tout le monde au jardin 😉

Pas encore d’invitations en modèle, je les ferais sur demande.

Goûter : Brochettes de bonbons, Marshmallows à griller au-dessus du barbecue… et un beau gâteau en forme de mammouth laineux (au chocolat avec des vermicelles de pâte d’amande)! Servez le tout sur des « feuilles d’arbres »! A télécharger ici, imprimez en A3 si possible, découpez autour et plastifiez.

Activités :

Collier de dents de sabre :
Demandez aux enfants de former des dents de sabres en pâte à sel ou pâte fimo. Aidez-les à percer le trou avec une paille avant la cuisson. Faites durcir au four, sur une feuille de papier sulfurisé sur laquelle vous aurez écrit les prénoms au crayon pour identifier les dents (capital!!) après cuisson. Quand les dents sont cuites et refroidies, faites-en des pendentifs avec un lacet ou un fil de laine. Vous pouvez agrémenter de grosses perles en bois, brindilles, coquillages…

Terre glaise/poterie :
Les enfants peuvent se confectionner un petit bol ou une sculpture de mammouth…

Pendant la cuisson des dents ou du bol, voilà d’autres activités!

Tam-tam :
Retourner un pot de fleur en terre cuite sur du papier sulfurisé. Marquer le cercle et en ajouter un autre plus grand de 2 bons centimètres. Découper autour du grand cercle et faire des encoches jusqu’au petit cercle. Fixer le papier sulfurisé avec une bande de scotch d’électricien ou de masking tape. Décorer avec des gommettes.

Peinture rupestre :
Sur une grande feuille de papier (ou sur une nappe en papier épaisse) laissez les enfants dessiner des animaux préhistoriques avec un bouchon noirci ou un bout de charbon. Prévoyez quelques exemples à leur montrer pour les inspirer, surtout au début. Ils peuvent ensuite signer au bas de leur création avec leur empreinte de main en négatif. Pour cela ils ont besoin de l’aide d’un copain: ils posent leur main sur la fresque pendant que le copain marque la silhouette avec de la peinture projetée à la brosse à dents. Prévoyez quelques lingettes pour enlever le gros de la peinture pour épargner les murs et poignées jusqu’à la salle de bain 😉

Chasse au mammouth : 3 possibilités
1 – Adossez sur une meule de paille un grand carton sur lequel vous aurez dessiné un mammouth. Les enfants se servent dans la forêt alentour pour se faire des arcs et tenter de viser le mammouth. Cette activité doit être bien encadrée, mais elle est possible, et ils adorent! (ps : le noisetier c’est toptop pour faire des arcs!)
2 – Vous pouvez emmener les enfants dans un centre de tir à l’arc et demander aux animateurs de fixer des images de mammouths sur les cibles.
3 – Dessinez un mammouth sur un grand carton et découpez des cercles de différentes tailles à l’intérieur. Les enfants doivent viser les trous avec des balles.

Histoire du dahumouth :

Le dahumouth est un animal ressemblant à la fois à un cerf et à un chamois. Il vivait dans les montagnes et les collines, ce qui a influencé son évolution physique au fil du temps.
Le dahu a une caractéristique unique : 2 de ses quatre pattes sont plus courtes que les autres. La différence s’observe en regardant non pas entre ses pattes antérieures ou postérieures mais surtout entre celles qui se trouvent à droite et à gauche.
Cette morphologie lui faciliterait donc les déplacements à flanc de colline mais voilà, il ne pourrait se déplacer que dans un sens, toujours dans la même direction, sur le même côté et ne pourrait jamais faire demi-tour!
On distingue le dahumouth dextrogyre, espèce courante, qui a les pattes de gauche plus longues que celles de droite, car il tourne autour du flanc de la colline dans le sens des aiguilles d’une montre, du dahu lévogyre, nettement plus rare, qui tourne dans le sens anti-horloger, et a donc les pattes de droite plus longues que celles de gauche.

De nos jours, le descendant du dahumouth est tout simplement appelé dahu. Il est un peu plus petit que le dahumouth, en possède les mêmes caractéristiques et n’est pas très malin.
Pour chasser le dahu, il existe plusieurs méthodes.
La plus simple est de se tenir derrière le dahu et ensuite de l’appeler ou de siffler. Vu que le dahu est un animal très sociable, il sera content que quelqu’un s’intéresse à lui et va donc se retourner vers la personne qui l’appelle. Il perd alors l’équilibre et c’est ainsi qu’on peut l’attraper plus facilement.
Il est aussi possible, lorsqu’on connaît les endroits où il vient brouter, de mettre du poivre sur des pierres plates. Lorsqu’il renifle le poivre, cela le fait éternuer et il s’assomme directement contre la pierre.

Quand un dahu mâle lévogyre rencontre une dahu femelle dextrogyre et qu’ils froufroutent ensemble dans les buissons, on obtient une espèce très très rare : le dahu normal de plaine. Ses pattes sont de longueur égale. Mais on distingue le dahu de plaine à pattes courtes, et le dahu de plaine à pattes longues.
Un jour un dahu de plaine a croisé une chamelle, puis, le courant passant bien, s’est croisé avec elle. Une nouvelle espèce est née : les chalumeaux. Les chalumeaux vivent en groupes soudés. Si on les ennuie, ils peuvent être de sale humeur, les chalumeaux.

Pour parfaire votre connaissance des dahus, voilà un documentaire très bien fait sur les dahus du Tyrol 😉

Laisser un commentaire