La Pierre de Soleil

Il était une fois, dans les années 80, 2 scientifiques passionnés par la mer et les Vikings… Ils adoraient lire l’histoire du roi de Norvège Olav Haraldsson. Surtout la partie où la légende raconte : « Le temps était couvert et orageux… Le roi regarda autour de lui et ne vit ciel bleu… Il prit alors la pierre de soleil et la tenant au-dessus de lui, vit d’où le Soleil brillait ». Ainsi les Vikings avaient pu retrouver la bonne direction sur la mer s’étendant à perte de vue grâce au roi et à la pierre de soleil !

Les scientifiques se posaient des questions : mais quelle était donc cette pierre magique ? Comment les Vikings traversaient-ils les mers, bien avant l’invention de la boussole et du compas ? Les archéologues avaient bien prouvé qu’ils utilisaient des cadrans solaires pour montrer le nord, mais cela ne fonctionnait que par beau temps… Et au pôle nord, il ne fait vraiment pas souvent beau temps !!! Entre le brouillard, la neige, et le soleil qui ne se couche jamais vraiment en été, il était bien compliqué d’utiliser les étoiles pour se repérer !

Pourtant, on sait que les Vikings ont parcouru des milliers de kilomètres en direction de l’ouest et ont découvert l’Amérique du nord vers l’an 1000, bien avant Christophe Colomb ! Les scientifiques le sentaient : la fameuse pierre de soleil de la légende devaient sûrement exister et être la solution à toutes leurs questions sur la navigation des Vikings.

Le temps passa sans donner aucun indice supplémentaire. Pourtant, dix ans plus tard, en 1992, ils eurent vent d’une histoire intéressante : un plongeur avait exploré l’épave d’un bateau de guerre anglais coulé en 1592, près de l’île d’Aurigny. Parmi les nombreux objets, fusils et débris, il avait trouvé une pierre étrange, très régulière. Que faisait cette pierre, si c’était bien la mystérieuse pierre de soleil, sur un navire déjà équipé d’une boussole ? La réponse fut vite trouvée : le bateau était équipé de lourds canons en fer, capables de faire perdre le nord à n’importe quelle boussole ! Restait à prouver qu’il s’agissait bien d’une pierre de soleil, comme dans la légende Viking !

Les anglais donnèrent à nos 2 scientifiques quelques milligrammes de la pierre pour des analyses. En quelques jours, nos amis purent prouver qu’il s’agissait d’une pierre appelée « spath d’Islande ». Étant très abondante en Islande, comme son nom l’indique, il était facile pour les Vikings de s’en procurer.

Ils se mirent à étudier la façon dont les Vikings pouvaient bien utiliser cette pierre. En voici l’explication simplifiée :

La lumière du soleil, en arrivant sur la terre, traverse l’atmosphère et produit 2 types de lumière : la lumière dite polarisée, qui se déplace de façon rectiligne (c’est celle qui fait des ombres sur le sol) et la lumière non polarisée, qui traverse les nuages et ne fait pas d’ombre. Et bien le spath d’Islande est capable de montrer ces 2 lumières ! On dit que c’est un cristal biréfringent. Si le soleil est présent, on voit bien les 2 rayons de lumière dans le cristal. Si par contre il fait sombre et nuageux, on n’en voit plus qu’un seul, qui est la lumière non polarisée. Il suffit de tourner le cristal sur lui-même, en direction du soleil : le rayon de lumière non polarisé (que l’on voit même par mauvais temps) tourne autour du rayon de lumière polarisée (que l’on voit uniquement par beau temps). Ainsi, les vikings savaient où se trouvaient le soleil ! Ils projetaient la lumière d’une torche sur leur cadran, comme s’il s’agissait du soleil et connaissaient ainsi leur direction.

Voici le mystère de la navigation Viking résolue ! Les 2 scientifiques se nomment Guy Ropars et Albert le Floch. Ils travaillent à Rennes, dans un laboratoire de physique des lasers.

J’ai depuis peu un spath d’Islande, appelé aussi calcite optique. Il n’est pas très pur mais on voit bien les 2 rayons. Je les prendrais en photo un jour où il fera beau (pas cet été donc…).

J’ai trouvé cette vidéo en attendant :

Laisser un commentaire